« Voyages », de Ph. Djian, à paraître le 21 novembre (Coédition Le Louvre/Gallimard)

Voyages, de Ph. Djian

 

Philippe Djian publie le 21 novembre un texte court dans lequel il évoque bon nombre de ses voyages, illustré par des sculptures, des toiles ou des pièces appartenant aux collections du Louvre.

Ce livre d’art intitulé Voyages est une coédition Gallimard / Le Louvre. En voici les premières lignes :

« Traverser en bateau n’était pas simple. Mais rien n’était simple avec lui, rien ne se passait jamais simplement.
Personne ne voulait de nous, le plus minable petit cargo ne voulait pas de nous et le vent de décembre soufflait sur les quais, il faisait déjà froid. Quand l’aube apparaissait, sa tiédeur était une bénédiction.
C’était son idée, naturellement. Lire Cendrars. Traverser l’Atlantique en bateau. Prendre une carte de docker occasionnel. Acheter un crochet. Se lever des heures avant le jour. C’était lui. C’était le genre d’idées qu’il avait. Comme de me faire engager à Détective alors que je n’avais jamais écrit une seule ligne de ma vie. M’obliger à tenir un journal. »

Share Button

Une réflexion au sujet de « « Voyages », de Ph. Djian, à paraître le 21 novembre (Coédition Le Louvre/Gallimard) »

  1. Si c’est de la veine de « Il dit que c’est difficile »… Alors ce petit bout de livre vaut tout l’or du monde ! Une plongée en apnée au cœur de la matière. Le cœur de la matière grise, là où tout est flou, liquide amniotique, sans mots mais puissant. Là où tout se meut en harmonie sans heurts. Là où l’émotion est un tout. Un trésor Djiantesque. Une descente et une remontée tout aussi directe, un va et vient entre une beauté féroce à l’état brut qu’aucune fioriture ne vient arrondir, démmerdez-vous avec ça, et une férocité carnassière qui bouffe toutes les virgules au passage tellement il y a urgence. Le bûcheron à la dentellière est-il toujours là ? Couper à la hache puis ciseler la dentelle la plus fragile du pays.

Laisser un commentaire