« Taxi Europa » (2003), de Stephan Eicher

taxi

Taxi Europa (2003)

On nous a donnéMon ami (Guarda & Passa)
Cendrillon après minuitTant & Tant Taxi Europa
La voisineAvec toiRien n’est si bon

ON NOUS A DONNÉ

On nous a donné
Les mauvaises prières
On nous a donné
Les mauvais côtés
Un mur si haut
Impossible à franchir
Nos petites guerres
Nos petits sacrements
L’air est si chaud
Que l’enfer va finir
Par se montrer
Sous un jour différent
Le même poison
Les mêmes dieux, les mêmes rêves
La seule frontière
Du levant au couchant
La religion pour se mordre les lèvres
La liberté
Pour les mordre jusqu’au sang

On nous a donné
Les mauvaises manières
On nous a laissé
Les mauvais clichés
Tu as raison
Pas de quoi être fier
Tu peux faire mieux
Fais le pour tes enfants
Qu’à l’occasion
Ils regardent leur père
Autrement que
Tu me regardes à présent

On nous a laissé
A nos vieilles chimères
On a oublié
De nous réveiller

 

MON AMI (GUARDA E PASSA)

 

Tu vois comme l’on
s’amuse, mon ami

Comme la vie nous rend froid

Et comme l’amitié s’use, mon ami

Dos à dos nous renvoie

Tu vois comme l’on abuse, mon ami

De mots, de palabras

C’est notre seule excuse, mon ami

Notre seul coup de grâce

C’est une douleur diffuse

Elle ne nous tuera pas

Et si tu la refuses

Non ci badar, guarda e passa

Qui crois-tu qui t’accuse, mon ami

Que ferais-tu à ma place

Va retrouver ta muse, mon ami

Et que grand bien te fasse

Je te trouve plein de ruses, mon ami

Je te vois dans la glace

Mais l’image est confuse, mon ami

Et ton sourire s’efface

C’est une douleur diffuse

Elle ne nous tuera pas

Et si tu la refuses

Non ci badar, guarda e passa

 

CENDRILLON APRÈS MINUIT

Je
sors de ta maison

Le soleil m’éblouit

A tort ou à raison

Je pense que tout est dit

Pas d’ombre à tes rideaux

Pas un voile qui frémit

Ce fut bref et idiot

Ce fut bref, ma jolie

Je vais rayer ton nom

Ton téléphone aussi

Mes félicitations

Pour ta franche amnésie

C’est du joli boulot

Cette histoire qui finit

Sans blessure et sans mot

Comme sous anesthésie

Mais qu’espèrions-nous

Mais que voulions-nous

Nous plaindrons-nous d’être surpris

Comme Cendrillon après minuit

Je sors de ta maison

Comme je sors de ta vie

Une brève apparition

Un fantôme dans ton lit

Nous avons eu tout faux

Nous n’avons rien appris

Je nous colle un zéro

Et je nous applaudis

Mais qu’espérions-nous

Mais que voulions-nous

Nous plaindrons-nous d’être surpris

Comme Cendrillon après minuit

Je vais rayer ton nom

Ton téléphone aussi

Mes félicitations

Pour ta franche amnésie

C’est du joli boulot

Cette histoire qui finit

Sans blessure et sans mot

Comme sous anesthésie

Mais qu’espérions-nous…

 

TANT & TANT

Même
quand le vent souffle

Même quand ça nous touche

Il faut faire avec

Il faut y aller

Même si ça nous blesse

Même si c’est l’ivresse

Sans jamais savoir sur quoi compter

Sur quoi compter

Si tu n’es pas sage

Si tu n’as pas l’âge

Tu n’auras que tes

Yeux pour pleurer

Tu as le message

Fais-en bon usage

Ne laisse personne te baratiner

Te baratiner

On nous a tant et tant trompés

On nous a tant et tant aimés

On nous a tant et tant

Tant et tant

Paralysés

Même quand l’avalanche

Démolit les branches

Restent les racines

Reste l’orée

Seul dans la tourmente

Seul dans la soupente

Rien à se faire pardonner

Faire pardonner

On nous a tant et tant trompés

On nous a tant et tant aimés

On nous a tant et tant

Tant et tant

Paralysés

Debout dans l’orage

Même si le courage

N’est pas tous les jours

Au rendez-vous

Même quand le vent souffle

Même quand ça nous touche

Et nous laisse aux lèvres

Un goût salé

On nous a tant et tant trompés…

 

TAXI EUROPA

(M.Gazzé – P.Djian – S.Eicher)

Vers
quelle vérité courir ?

Vers quel but se diriger ?

Jour après jour

Nuit après nuit

Sto capendo com’e facile

Succhiare il dolce della vita

Le hasard éclaire la route

Comme le sang éclaire nos vies

Bin zulange unterwegs

Bin so weit von mir entfernt

Helle Nächte

Dunkle Tage

Sto capendo com’e facile

Succhiare il dolce della vita

Le hasard éclaire la route

Comme le sang éclaire nos vies

Tre, Due, Uno

Via della strada

Fate largo, non ho freni

Tre, Due, Uno

Tieni duro

Altrimenti vaffanculo !

Fino all’ultima goccia

Accetando con fermezza

L’opinione di uno

Ed il parere dell’altro

Mach den Weg frei hab Keine Bremsen

Mach den Weg frei hab Keine Bremsen

Le hasard éclaire la route

Comme le sang éclaire nos vies

Tre, Due, Uno

Via della strada

Fate largo, non ho freni

Tre, Due, Uno

Tieni duro

Altrimenti vaffanculo !

 

LA VOISINE

Le robinet de ma voisine

Coule à nouveau de bon matin

Elle tourne en rond dans sa cuisine

Je l’entends pleurer dans son coin

Autrefois je l’entendais rire

A minuit, en prenant son bain

C’était pour moi un vrai plaisir

Mais ce temps-là est déjà loin

J’aimerais beaucoup pouvoir lui dire

Que son retour me fait du bien

Mais j’ai peur de ne pas choisir

Le moment le plus opportun

Car je pense qu’elle a dû subir

Des choses qui ne font pas du bien

Et je ne voudrais pas qu’empire

A cause de moi ce grand chagrin

Je parie qu’elle va s’en sortir

A tout hasard je croise les doigts

Parfois le sort peut vous sourire

Sans raison, sans qu’on sache pourquoi

Je crois que nous pouvons tenir

Si son cœur ne nous trahit pas

Si le mouchoir qu’ elle utilise

Comme un barrage ne se rompt pas

 

AVEC TOI

Le temps que j’ai partagé

Le temps que j’ai vu passer

Avec toi

Le temps que j’ai pu passer

A me réconcilier

Avec toi

Les océans traversés

Le quotidien surmonté

Je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer

Le monde que j’ai découvert

Son endroit, son envers

Sa beauté, sa misère

Avec toi

Les mots dont j’ai abusé

Les mots que j’ai échangés

Avec toi

Le temps que j’ai pu passer

A tout recommencer

Avec toi

Les comptes que j’ai à régler

Les fois où j’ai déraillé

Les fois où j’ai transpiré

Avec toi

Les paris toujours ouverts

Toutes les choses que j’ai à faire

Pour continuer sur terre

Avec toi

 

RIEN
N’EST SI BON

Nettoyer ton œil

De la poussière

Enlever une épine

De ton talon

Je n’veux pas remuer

La terre entière

M’occuper de toi

Rien n’est si bon

Faire comme si le piège

Etait ouvert

Abattre les murs

De sa prison

Marcher avec toi

Dans la lumière

Tomber avec toi

Rien n’est si bon

Te chercher des crosses

Pour tes manières

Ton aveuglement

Sur tous ces cons

Te courir après

Pour faire la guerre

Me battre avec toi

Rien n’est si bon

Caresser ta peau

Du bout des lèvres

Marcher sur le feu

Tourner en rond

Sentir tes cheveux

Toi toute entière

Le faire avec toi

Rien n’est si bon – de toute façon

 

 

 

 

 

 

Share Button

Laisser un commentaire