« Se tendre un miroir », par Philippe Djian (Libération, 01/02/14)

Philippe Djian

45) Ah, voilà, je crois que je viens de comprendre pourquoi je suis un auteur de fiction. Voilà, c’est parce que la réalité me dégoûte. Parce que le monde me désespère. Ce monde est à vomir. Je blague. Arrêtez, je blague. Je sens l’hiver qui arrive, c’est tout, qui commence à glacer les os. Je blague. Nous allons bientôt cailler des meules. J’essaie de le prendre avec philosophie. C’est drôle, à 20 ans, j’avais l’impression d’étouffer et je sens que ça revient aujourd’hui, Lire la suite

Share Button

« A l’orée de cette croissance molle », par Philippe Djian (Libération, 04/01/14)

Philippe Djian

38) Je ne suis pas d’accord, Kate, mes pulls J. Crew se sont tous déformés. Ce n’est plus ce que c’était. Mais d’accord, allons voir, je sais que ça te fait plaisir. Je te suis.

39) La force des vagues est terrifiante. L’une me passe au-dessus de la tête. Je cavale au pied de l’Hôtel du palais en pensant que je dois écrire un livre. Lire la suite

Share Button

« Le Vieux Continent, il vous emmerde », par Philippe Djian (Libération, 07/12/12)

Philippe Djian

 

30) Petite sucrerie pour Noël : 350 milliards d’avoirs français sont dans les paradis fiscaux. Ces milliards sont tranquillement allongés sur une plage, au soleil, alors que nous entrons dans l’hiver.
31) Tout cet argent ne donne qu’une pâle idée de l’océan glacé qui nous entoure, qui nous tient prisonniers. Lire la suite

Share Button

« Des créatures nous observent », par Philippe Djian (Libération, 09/11/13)

Philippe Djian, Libé   20) Le «Krokodil» ainsi nommé car à l’endroit de l’injection, la peau prend une teinte verte et écailleuse.
21) Dans sa dernière chronique, Robert McLiam Wilson a promis de nous protéger. Ce type compte parmi les meilleurs écrivains vivants. Je lui fais entièrement confiance. Ils sont quoi, une poignée. Lire la suite

Share Button

« L’écrivain et le surfer », par Philippe Djian (Libération, 12/10/13)

libe121013

12)J’hésite à retourner vers l’automne, vers la pluie et le froid. J’hésite.
13) Je frissonne déjà en apprenant qu’un adulte a battu à mort une enfant de 3 ans. Je claque presque des dents.
14) Ainsi, j’envisage d’aller m’installer au bord de l’océan, mais ce ne sera jamais assez loin. Alors autant penser à autre chose. Par exemple, Lire la suite

Share Button