Philippe Dijan raconte « Sur la route » de Jack Kerouac (Les Inrocks, 04/08/13)

On The Road, édition originale (1957)

 

« Pour moi, Sur la route est un totem, un livre qui m’a conforté dans l’idée que la littérature occuperait une place très importante dans ma vie. C’est un territoire qui ouvre sur une multitude de choses : sur la musique, les philosophies orientales, une certaine idée de la liberté, de l’amitié, mais aussi sur la littérature américaine de Melville à Bukowski ou Brautigan. C’est un grand livre qui transmet un mode de vie, quelque chose de l’ordre de l’universel, l’idée d’aller vers les autres, de se confronter à l’immensité de la nature. Lire Sur la route, c’est aussi se projeter dans une écriture marquée par la spontanéité, le rythme. Aujourd’hui, on ne trouve plus cette énergie. Kerouac appartient à cette génération d’écrivains qui mettaient leur vie sur la table et qui, aujourd’hui, peuvent être de vrais repères. J’aimerais que Sur la route (paru en 1957, en France en 1960) devienne un totem pour des lecteurs d’une vingtaine d’années aujourd’hui, qu’ils puissent refaire tout le circuit que j’ai effectué grâce à ce livre. »

 

Philippe Djian

 

 

Share Button