À réécouter : Ph. Djian invité du débat d’Europe Matin (Europe 1, 03/04/18)

Dans « Europe matin », l’écrivain évoque son nouveau roman, À l’aube. Lire la suite

Share Button

« À l’aube » : entretien avec Philippe Djian (03/18, Le Bulletin Gallimard)

À l'aube

 

Malgré le titre, À l’aube est un roman très sombre…
Disons que c’est une aube un peu crépusculaire… Les personnages vont mal, s’en rendent compte, mais s’obstinent malgré tout, et en effet ça va de plus en plus mal. Dans ces conditions, difficile d’espérer vivre autre chose, changer de monde, sans en passer par des solutions radicales, définitives. Lire la suite

Share Button

Philippe Djian, des mots à l’écran (« La grande table », France Culture, 16/03/17)

marleneBR

Ph. Djian était l’invité de l’émission « La grande table », diffusée sur France Culture et présentée par Olivia Gesbert, pour la sortie de Marlène. L’intégralité est à réécouter.

 Commander Marlène

Share Button

Entretien avec Ph. Djian : « Marlène, c’était le personnage du roman capable de tout faire exploser et elle m’amusait » (11/03/17)

marleneBR

Avec Marlène, Philippe Djian surprend encore une fois ses lecteurs. Si le style reste évidemment au cœur de ses préoccupations, l’histoire et les personnages de ce nouveau roman étonnent. Deux anciens agents des forces spéciales sont de retour dans leur pays après avoir vécu l’enfer. Quand l’un, Richard, marié à Nath et père de Mona, éprouve un mal fou à rentrer dans le cadre, l’autre, Dan, met tout en œuvre pour se réinsérer. Le personnage de Marlène, la sœur de Nath, va venir briser cette harmonie apparente. Rencontre avec un écrivain que la comédie humaine continue d’amuser. Lire la suite

Share Button

« Marlène » : entretien avec Philippe Djian (Bulletin Gallimard, 03/2017)

marleneBR

« Elles s’installèrent au bar. Ce n’était pas le Ritz ni le Carlton, les quelques types accoudés au bar ne leur prêtaient guère attention, mais Nath retrouva aussitôt, l’observant se tortiller sur son siège comme un ver, la fille complexée, mal dans sa peau, à moitié larguée, qu’elle avait eue pour sœur et traînée comme un boulet durant toute leur enfance.
Arrête de faire ça, lui souffla-t-elle. Tout va bien.
Marlène se fendit d’un petit gloussement navré et tâcha de se tenir.
Tu devrais changer de lunettes, lui conseilla Nath.
Franchement. » Lire la suite

Share Button