Philippe Djian invité nocturne de Pascale Clark le 21 mars (France Inter, Minuit-5h)

logo

Pour fêter l’arrivée du printemps, Philippe Djian était l’invité de Pascale Clark lors d’une nuit blanche sur France Inter, entre minuit et cinq heures du matin. Bon nombre d’invités surprises étaient conviés lors de cette nuit spéciale (Régis Jauffret, Robert McLiam Wilson, Stephan Eicher, Luc Bondy, Isabelle Huppert…), préparée par l’écrivain depuis plusieurs semaines. Voici le déroulé détaillé de l’émission :

– De minuit à 1h : Roman Polanski, Isabelle Huppert, Luc Bondy, Laurent Alexandre
Live : Stephan Eicher
Chronique : Les Kids passent une nuit avec Isabelle Huppert par Medhi et Badrou

– De 1h à 2h : Antoine Gallimard, Régis Jauffret, Sylvain Bourmeau et Robert MacLiam Wilson. Live : Nicolas Repac

– De 2h à 3h : Jean-Marie Larrieu, Mathieu Amalric, Régis Jauffret
Live : Professeur inlassable & John Greaves
Chronique : Les Kids passent une nuit avec Mathieu Amalric par Medhi et Badrou

De 3h à 4h : Régis Jauffret, Laurent Alexandre, Pascal Torres
Live : The Dale Cooper Quartet

– De 4h à 5h : Régis Jauffret, Robert MacLiam Wilson, Stephan Eicher
Live : Kristoff K. Roll
Chronique : Les Kids passent une nuit avec Régis Jauffret par Medhi et Badrou

Cette édition nocturne est disponible en podcast.
Fichiers à télécharger sur le flux rss.

Share Button

9 réflexions au sujet de « Philippe Djian invité nocturne de Pascale Clark le 21 mars (France Inter, Minuit-5h) »

  1. Oui, c’est vrai que la musique était d’enfer. Étonnant dans une émission de Djian, non ?
    Celui qui m’a sidérée le plus parmi tous ces pros, finalement c’était ce jeune homme, tiré, extrait, hors-contexte de « La Nouvelle star » (enfin je crois qu’il vient d’une émission télé-crocret). Sa voix m’a complètement touchée aux tripes. Humilité totale, d’ailleurs l’animatrice n’a pas répété son nom trente-six fois, lequel est-il ? Il accompagnait principalement les textes chantés.

    J’ai passé ces quatre heures de nuit blanche un petit matin en sirotant mon café chaud au fond de ma couette… Programme savoureux. Merci.

    J’ai retenu qu’au milieu d’une conversation sur l’évolution de l’intelligence humaine lorsque se pose solennellement la question existentialiste de savoir s’il valait mieux mourir jeune mais vivre à fond ou vivre jusqu’à 150 ans mais dans quel état, deux vieux de la vieille sortis d’on ne sait où balancent une blague à cent sous et sont tous les deux mort de rire à cracher leurs poumons par terre. Comme de grands enfants. J’adore ce genre de désinvolture primesautière !

Laisser un commentaire