« Eldorado », de Stephan Eicher (2007)

eldo300

Eldorado (2007)
Paroles de Philippe Djian

Confettis – Voyage
SolitairesPas dépluEldorado

 

Confettis

Il est
Tout à fait impensable
Il est
Tout à fait hors de question
Que tu
Viennes t’asseoir à ma table
Que tu
Me fasses la conversation
Il est
Tout à fait indispensable
Que l’air puisse entrer dans mes poumons
Jamais
Tu ne seras invulnérable
Jamais tu ne pourras être aussi bon

Je te la laisse
Je te la laisse
Ta place au paradis
Je te la laisse
Je te la laisse
Fais-en des confettis

Je vais
Te rayer de ma mémoire
Je vais
Oublier jusqu’à ton nom
Et puis
J’irai pisser dans le noir
La vie
N’est pas que de déceptions

Je te la laisse
Je te la laisse
Ta place au paradis
Je te la laisse
Je te la laisse
Fais-en des confettis

Béni
Soit le fossé qui nous sépare
Il ne sera
Jamais assez profond
Le prix
Que tu payes, pauvre connard
Dépasse
Ta pauvre imagination

 Voyage

Sans hésiter
Sans un regard
Sans une parole
Sans rien laisser prévoir
Le dos tourné
Au vent du soir
Se demander s’il n’est pas déjà trop tard

Sans illusions
Sans désespoir
Sans transition
Passer du noir au blanc
Col relevé
Plus personne à croire
Tant le ciel brille
Tant le silence égare

Tous tes amis
Diront de moi
Que j’étais ci
Que j’étais ça
Mais garde-moi
Dans ta mémoire
Laisse moi entrer
Sur son si blanc territoire

Seul dans la rue
Je marcherai
Seul dans un lit
Je m’endormirai
A l’occasion
Je contemplerai
L’or des saisons, le cœur noir des forêts

Sous les horaires
Sous les départs
Dorment des hommes
Qui ne vont plus nulle part
Et j’ai beau être seul
J’ai beau ne plus t’avoir
Je ne me sens pas au bord du désespoir
Car je suis un grain
Je suis une poussière
Je suis en train
D’inventer une prière
Je bénis les gares
Je bénis mes frères
Et je sens que mes blessures se referment

Car je suis un grain
Je suis une prière
Et le chagrin
Retourne à la poussière

Car je suis un grain
Je suis une prière
Et j’efface mon nom
Des portes de l’enfer

 

Solitaires

Je sais d’avance
Que tu regrettes
Le moindre mot
Que tu vas dire
Mais tu n’veux pas
Que je t’arrête
Tu penses que nous
Devons souffrir
Tu te tiens droite
Et sur nos têtes
Tu jures n’avoir
Qu’un seul désir

Que nos cœurs solitaires
Soient au bout de leur peine
Que le monde soit lumière
Et plus doux sous nos pas
J’essaierai de m’en souvenir

Le rideau bouge
A la fenêtre
Dans l’air du soir
Comme un soupir
Il n’y a rien
Que je puisse faire
Puisse le meilleur
Être à venir
Tu te tiens droite
Et sur nos têtes
Tu jures n’avoir
Qu’un seul désir
Que nos cœurs solitaires
Soient au bout de leur peine
Que le monde soit lumière
Et plus doux sous nos pas

J’essaierai de m’en souvenir
Mais si j’oublie
Qui va m’avertir

Pas déplu

Tu es sûre
De ta victoire
A elle tu
M’invites à boire
Mais je n’sais comment faire
Pour te ram’ner sur terre
Pour t’éviter l’enfer
Des espoirs déçus
Je souhait’rais
Ne pas avoir
A t’aider
Dans cette histoire
Je n’suis pas en colère
Mais ta foi me sidère
Tu n’as pourtant pas l’air
D’aimer le noir
Ni les causes perdues

Le soir tombe
Je vais m’asseoir
J’attendrai
Sur le trottoir
Que la raison t’éclaire
Ou qu’une bombe nucléaire
Etende un long hiver
Sur le soir
Des malentendus

Tu préfères
Ne pas savoir
T’as des yeux
Pour ne pas voir
Je ne t’jette pas la pierre
Tu n’es pas la première
A ne m’accorder guère
Plus d’espoir
Qu’il ne m’en est dû

Je te laisse
A ton miroir
Je retourne
A mon brouillard
Je n’sais pas comment faire
Pour te ram’ner sur terre
Mais t’avoir toute entière
Quelque part
Ne m’aurait pas déplu

 

Eldorado

Que faut-il qu’on casse
Faut-il qu’on fasse
Quel numéro ?
Que faut-il qu’on classe
Faut-il qu’on chasse
De nos cerveaux ?
Qui prendra ta place
Prendra ma place
Qu-est-ce qu’il nous faut ?
Quelle sera la trace
De notre impasse
De nos travaux

Que faut-il qu’on fasse
Faut-il qu’on casse
Pour être en face
D’Eldorado

Que veux-tu qu’on froisse
Veux-tu qu’on glace
Qu’on jette à l’eau
Quelle part on efface ?
Rien ne trouve grâce
Plus rien ne vaut
Quelle terrible audace
Quelle sombre face
Et quel culot ?

Qu’est-ce qui nous dépasse
Qu’est-ce qui nous lasse
Qu’est-ce qui est beau ?
Que faut-il qu’on fasse
Faut-il qu’on casse
Pour être en face
D’Eldorado

 

 

Share Button

Laisser un commentaire